Mamie vous glisse quelques juteuses anecdotes sur la rhubarbe

De quoi briller lors de votre prochaine conversation avec vos amis :

  • Le mot « rhubarbe » vient du latin reuburbarum qui signifie « racine barbare ». En effet, avant qu’elle soit ramenée d’Asie au XVIème siècle par Marco Polo, elle n’était consommée que par des peuples étrangers, alors appelés « barbares ».
  • La seule partie comestible est sa tige (le pétiole) : les feuilles contiennent un acide très toxique !
  • Elle pousse à une rapidité stupéfiante et essentiellement… la nuit !
  • C’est l’un des végétaux les plus riches en calcium.

Et maintenant, à vos fourneaux !

Habituellement, la rhubarbe est utilisée dans des préparations sucrées afin de compenser sa puissante acidité. En compote, elle se marie divinement avec la fraise. En tarte, si vous êtes gourmand, optez pour un supplément meringue : c’est juste délicieux ! Vous pouvez aussi la cuisiner en crumble (avec des pommes éventuellement) ; en muffin, avec des amandes ; en confiture ; en clafouti ; ou tout simplement en coulis pour recouvrir un gâteau nature ou une glace…

SURPRISE : on peut aussi mettre à profit l’acidité de la rhubarbe pour magnifier des plats salés… Et toc ! En effet, elle relèvera finement des viandes mijotées ou du poisson. Son jus remplacera le vinaigre ou le jus de citron dans certains condiments ou sauces, comme la vinaigrette. Ou encore, elle sera la star d’une tarte salée, associée à du fromage de chèvre et à des herbes aromatiques !